Warba Bank sur The Sandbox et Decentraland

Banque Warba entrer le métaverse, agissant comme une tête de pont pour le monde financier islamique. C’est le premier établissement de crédit lié aux investissements halal explorer les possibilités de l’espace virtuel sur chaîne de blocs.

Partenaires technologiques Décentralisé Et Le bac à sable, la banque possédant déjà deux $ LANDs dans leurs espaces respectifs. Opération visant à cimenter les relations avec les clients plus jeunes, et énième confirmation d’une zone du Moyen-Orient qui ambitionne de devenir un HUB crypto mondial, fort de ses induits économiques et d’une culture des technologies on-chain sans trop de rivaux autour.

Excellente nouvelle également pour les deux métavers, dont les jetons sont disponibles sur le Capital.comallez ici pour obtenir un compte virtuel avec CAPITAL AVEC CRYPTO AUTO-TRADING SERVICES – intermédiaire qui nous permet d’investir dans 476+ actifs cryptographiques avec les meilleurs outils disponibles sur le marché.

Nous avons accès à TradingView et aussi à Meta Trader 4, les deux plateformes analytiques et opérationnelles les plus utilisées par les pros. Et nous avons le Web Trader qui nous permet également d’accéder à l’analyse de notre portefeuille avec l’intelligence artificielle. Avec 20 €, nous pouvons passer au compte réel.

La finance islamique débarque dans le métaverse

Fondée en 2010, Banque Warba représente l’un des principaux établissements de crédit au Koweït. Il s’agit d’un domaine caractérisé par des us et coutumes parfois très éloignés de ceux de l’Occident, même dans le domaine financier. Dans les pays islamiques, par exemple, aucun intérêt n’est appliqué sur les prêts, pour mentionner l’un des aspects les plus particuliers de cette façon particulière d’aborder le monde financier.

Une chose qui unit ces pays à l’Occident est l’utilisation des nouvelles technologies, et en ce qui concerne les crypto-monnaies, l’intérêt de échanger vers la région est remarquable. L’histoire de Crypto.com qu’il vient d’obtenir Binance Et Par bit à Dubai, pour opérer sous licence dans une zone financière extrêmement prospère, qu’elle soit centralisée ou non.

On ne compte plus les exemples de grandes entreprises aux prises avec la blockchain et les produits dérivés : pour donner un exemple récent, on connaît premier hôpital sur le métaverse qui naît dans Emirats Arabes Unis.

Entreprise différente, secteur différent, mais lot d’argent similaire : avec Banque Warba nous parlons de la première banque islamique qui entre dans le métaversedans le but de susciter l’intérêt d’une progéniture très jeune et aisée, locale ou non.

Nous voulons être proches de nos clients, tant dans le monde physique que dans la réalité virtuelle du Metaverse. Nous utiliserons nos espaces pour promouvoir nos produits financiers mais aussi pour communiquer avec nos clients d’une manière adaptée à notre époque. Nous devons promouvoir notre image d’innovateurs à l’ère numérique.

Ce sont les déclarations de Anouar Bader Al Ghaithdont le rôle dans l’entreprise est relaté de manière plus qu’exhaustive sur le site officiel : Directeur Général Adjoint par intérim Services Supports & Trésorerie D-CEO.

Ils penseront à transporter l’institut dans le métaverse Le bac à sable Et Décentralisé, à leur tour des institutions du secteur et opérant dans des domaines similaires quoique avec des déclinaisons différentes. Le premier est un colosse du jeu cryptographiqueet constamment présent dans notre actualité compte tenu de son capacité à rivaliser là où il y a de l’argent en quantité.

Décentralisé ça a l’air plus adapté projets dans une touche popmais on pourrait donner de nombreux exemples, jusqu’à de lier son nom à des manifestations en faveur de l’égalité femmes-hommes qu’un certain contraste pourrait créer, dans certains domaines.

Moyen-Orient pour la crypto oui ou non ?

zone islamique qui est devenue le protagoniste d’attitudes parfois controversées par rapport à DeFi Et crypto-monnaies en général. Seulement le Koweitpays dans lequel il est basé Banque Warba exprimé des inquiétudes concernant la crypto, pas encore reconnue pour les transactions par la banque centrale. Des inquiétudes qui feraient bien de se dissoudre dans peu de temps, compte tenu de la crypto-ferveur qui sévit dans le domaine depuis quelques temps maintenant, et dont nous n’avons cité que quelques exemples dans les paragraphes précédents.

Des perplexités qui se transforment plutôt en un certificat de confiance maximale envers Bitcoin par le Fonds souverain d’Omanqui en entier marché baissier investit dans une société minière américaine avec récupération partielle de l’énergie émise par le phénomène de torchage de gaztrès commun dans une terre riche en pétrole.

A lire également