The Sandbox : Carrefour et P&G arrivent

Procter & Gamble Et Carrefour commencé une expérience intéressante dans le métaverse de Le bac à sable. Dans le cadre d’une opération conjointe, les deux sociétés ont invité les consommateurs à réaliser des tests pour s’informer sur les détergents et les produits ménagers dans un environnement virtuel.

Une simulation qui prend la forme d’un jeu, avec de nombreuses récompenses pour les utilisateurs. L’objectif affiché est d’étudier les habitudes de consommation des clients digital natives, et d’engager avec eux une relation empathique prenant en compte les nouveaux paradigmes de communication que Web3 impose.

Encore un succès pour Le bac à sabledont le jeton est disponible sur Capital.com.rendez-vous ici pour obtenir un compte virtuel avec UNLIMITED PROOFING CAPITAL (plateforme idéale pour le trading automatique de crypto) – intermédiaire qui nous permet d’investir dans 476+ crypto globalement, avec des tarifs constamment mis à jour et des outils d’échange uniques.

Nous avons en effet aussi MetaTrader Et TradingView, qui nous permettent d’opérer sur le marché avec les mêmes outils que ceux utilisés par les professionnels. Et nous avons aussi le Web Trader interne à faire commerce du navigateur avec l’aide de l’intelligence artificielle pour l’analyse de portefeuille. Avec 20 € nous pouvons alors passer au compte réel.

Percée des rois du commerce de détail sur The Sandbox

L’accent est mis sur les retours clients : l’objectif n’est pas d’augmenter les ventes, Procter & Gamble Et Carrefour engagés dans une expérience sociale née en métaverse de Le bac à sable. Trois noms ronflants, chacun dans son secteur, pour donner vie à une opération marketing destinée à photographier les habitudes de consommation et les expériences utilisateurs du public cible.

Une opération raffinée qui a vu les consommateurs aux prises avec des opérations de nettoyage domestique à effectuer dans la maison virtuelle de M. Propremascotte P&G et un visage familier des aficionados de la marque, puisqu’elle se démarque sur les étiquettes de nombreuses lessives du groupe.

Les utilisateurs ont été invités à utiliser les produits lors d’une session de test avec un objectif, un délai et une récompense finale.

Femmes au foyer et ménagères sur chaîne ils ont aidé l’image de l’homme fort Procter & Gamble (qui avec un flair linguistique tout français, Carrefour le fait devenir Monsieur Pro) dans le réaménagement de sa maison. Deux minutes de temps disponible pour mieux nettoyer la maison, en utilisant les produits P&G. A gagner un coupon d’une valeur de 40 €, à dépenser sur les sites internet des entreprises respectives.

Nous avons exploité le métavers pour proposer un contact avec les différentes marques, basé sur l’interaction sociale et un système ludique. Nous ne nous sommes pas concentrés sur les retours sur ventes, nous sommes plutôt intéressés à apprendre à communiquer avec une génération familière avec les nouvelles technologies. Le métaverse doit être accessible à tous, et ne peut rester cantonné au créneau des entreprises de luxe.

Les mots de Denise Rodrigues Vielliardattaché de presse Carrefourdénotent une grande expertise dans le domaine et une vision ouverte à tout ce qui est bon chaîne de blocs et les technologies dérivées ont à offrir. Aux entreprises mais surtout aux clients, au centre de cette intéressante expérimentation.

Un projet né récemment, mais qui peut offrir bien plus

Des propos qui, nous en sommes sûrs en toute connaissance de cause, évoquent des concepts clés bien connus des activités qui investissent dans métaverse. On parle d’une expérience ludique, et en fait le contexte ressort clairement du tweet jeu vidéo qui attend les utilisateurs aux prises avec l’expérience LifeLab de Procter & Gamble Et Carrefour.

Une pioche, celle du divertissement, utilisée sciemment pour attirer une génération de digital natives avec qui il faut savoir communiquer, encore mieux si dans sa langue. Celui de chaîne de blocsqui dans métaverse trouver plus qu’un heureux champ d’action.

Un environnement déjà largement exploré par les entreprises de luxecomme il nous le rappelle Denise Rodrigues Vielliard, mais qui, dans sa vision, trouverait son expression maximale si elle était développée pour l’usage et la consommation de toutes les classes sociales. Une vision que nous sentons pouvoir partager et qui se concrétise déjà dans les nombreuses initiatives en cours Le bac à sable, métaverse ce a déjà amplement prouvé croire aux projets à forte connotation agrégative.

A lire également