Poloniex: crash des prêteurs sur marge – 1800 BTC perdus

Gros problème de Poloniex. Selon la société elle-même, les prêteurs de capitaux à utiliser pour le trading sur marge auraient perdu un total d’environ 13,5 millions de dollars, soit environ 1800 Bitcoins.

Il s’agit d’une grosse perte, que l’entreprise devra vraisemblablement payer personnellement pour indemniser les utilisateurs qui ont participé à la bassin des prêteurs pour le trading sur marge.

La nouvelle a été rapportée directement par Poloniex via un message public.

Que s’est-il passé le 26 mai

Pour comprendre ce qui s’est passé, il est bon de clarifier le fonctionnement de CLAM, le marché du crédit pour les opérations de marge intégré à Poloniex.

Quiconque le souhaite peut prêter une partie de ses Bitcoins (recevant des intérêts) à utiliser pour les opérations de marge de ceux qui investissent avec effet de levier.

Le système CLAM de Poloniex a planté 77% de la valeur en 45 minutes, ce qui a déclenché des liquidations automatiques pour limiter les pertes intégrées à la plateforme.

Le crash était d’une telle ampleur qu’il a empêché le système automatique de fermer des positions en temps réel, entraînant une perte nette pour le système de 1800 Bitcoins.
Pour le moment, les prêteurs concernés n’ont pas encore reçu de remboursement.

Le crash a touché environ 0,4% des utilisateurs de Poloniex participant au pool de prêteurs.

Tentative de récupération par Poloniex

Poloniex a également annoncé qu’il tentait de récupérer les sommes auprès de ceux qui les ont empruntés pour négocier sur marge, opération qui, cependant, doit nécessairement prendre un certain temps.

« Nous continuerons à tenir nos utilisateurs informés de l’évolution de l’histoire. »

Nouveau système de protection

Le crash de CLAM a incité Poloniex à pousser l’accélérateur pour mettre en œuvre de nouveaux systèmes de protection pour les prêteurs, des systèmes qui incluront la possibilité de supprimer des marchés particulièrement illiquides, tels que BTS, CLAM et MAID.

Un coup dur pour l’un des échanges les plus populaires au monde.

A lire également