Connect with us

News

Les États ne peuvent pas bloquer les crypto-monnaies – voici pourquoi!

Published

on

Allons à contre-courant une fois de plus et à partir des faits des dernières semaines nous affirmons que il est trop tard pour que les gouvernements agissent sur les crypto-monnaies. Une interdiction ou une restriction – ce que craignent de nombreux investisseurs – n’est plus une option sur la table.

Les raisons qui nous conduisent à une affirmation aussi forte seront immédiatement expliquées: la thèse de base? Bitcoin, Ethereum, mais aussi Polkadot, Binance Coin, Litecoin et Dash sont trop grand est trop répandu afin d’être sous le contrôle des états.

La finance traditionnelle est en place – et elle ne peut pas sortir

De nombreux passionnés de crypto-monnaie regardent avec méfiance l’intérêt (et l’entrée sur le marché) des fonds communs de placement et haie. Selon des rumeurs, jamais officiellement confirmées, même les très puissants Fonds de pension américains ils auraient déjà investi dans des produits liés au Bitcoin et à l’Ethereum.

Cela signifie que toute intervention de l’État – qui entraînerait une perte de valeur pour ceux qui, dans le passé, voulaient déjà investir dans Bitcoin ou sur d’autres crypto-monnaies – cela entraînerait des pertes majeures de la part de privé oui, mais avec la même force d’un petit état.

Entreprises: il ne s’agit pas que de Tesla

Bien sûr, la décision de Tesla était forte et inattendue, mais ce n’est pas la seule. Elon Musk il est définitivement un personnage sui generis et prendre des décisions que les autres PDG ne semblent pas prêts à prendre. Le fait est que la banque a fait un bond et que les entreprises qui pourraient entrer sur le marché sont différentes. On a parlé d’Apple – même sur nos pages, tout comme on a parlé de Mastercard (à tort), de PayPal et même de VISA.

A lire aussi :   VeChain domine les marchés ... même en période de crise!

Ce qui est certain, c’est que même dans ce secteur – et nous parlons des premières sociétés cotées en bourse aux États-Unis – de nombreux investissements ont été réalisés et il est difficile pour Washington de se mettre en travers. Les pouvoirs (bien qu’économiques) sont forts et il est difficile pour les États-Unis de prendre des décisions contre leurs propres entreprises.

CME: ou le Chicago Mercantile Exchange

C’est un marché qui en dira peu aux amateurs de crypto-monnaie. Mais pour le monde de la finance, c’est le centre névralgique du trading avenirs. Traditionnellement, les contrats à terme sur matières premières sont négociés, mais certains contrats très importants sont également arrivés Futurs Ethereum et surtout, depuis le plus longtemps, sur Bitcoin.

Beaucoup ont sous-estimé l’importance de ces nouvelles, car ils ne les ont interprétées que du côté de l’augmentation de la demande. Il y a un facteur – ignoré par la plupart – concernant la légitimation de ces actifs dans un sens financier. Et que le sous-jacent d’un contrat à terme coté sur un tel marché soit interdit nous semble tout simplement absurde.

Et l’Europe?

La grande inconnue demeure, bien qu’ici aussi les signes soient tous positifs, du moins pour ceux qui savent les lire. Récentes réclamations de Lagarde ils ont indiqué la peur de la BCE plus que la possibilité de prendre des mesures décisives. Ils pourraient bannir échanger? Peut-être, mais sous quel prétexte? Ils contribuent déjà en suivant servilement la réglementation en matière d’identification des clients et contribuent également à l’identification du montant imposable.

A lire aussi :   Manny Pacquiao prêt avec les NFT

Trop gros pour être banni

Paraphrasant le trop gros pour échouer Qu’est-ce que ça veut dire trop gros pour échouer, nous pensons qu’il est trop tard pour que les États en imposent un prise en béton au secteur de la crypto-monnaie. Et que ceux qui ont peur d’investir pour cette raison pourraient commencer à se repositionner.

Même en faisant des tests avec eToro (ici pour le compte démo gratuit) pour voir comment le marché évolue. Marché c’est-à-dire, nous le répétons encore, protégé de toute ingérence étatique. Elle génère des impôts, elle est déjà très réglementée et les grandes entreprises y investissent déjà: à quoi bon intervenir aujourd’hui?

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.