Connect with us

News

Facebook et la Balance devraient-ils nous faire peur?

Published

on

Balance, les Crypto-monnaie Facebook, officiellement annoncé mardi dernier, annonçait en effet la montée en puissance du géant de la Silicon Valley sur le marché des paiements et des transferts d’argent mais… avec quelles implications concrètes?

Devrions-nous avoir peur de la Balance?

De nombreux analystes se posent la question et, ces dernières semaines, ils se demandent quel est le changement réel que le nouveau projet Facebook pourrait apporter au marché financier. Un projet qui pourrait en fait apporter de nombreux avantages en termes de simplicité transactionnelle, d’efficience et d’efficacité, mais qui si approuvé par les régulateurs, pourrait pousser – souligne le Guardian dans cet article – le monde de la technologie au-delà d’un seuil potentiellement dangereux et inexploré.

Bref, selon le journal, nous sommes aujourd’hui confrontés à un “premier fruit” de peut-être des conséquences très positives, ou peut-être très néfaste. Au fil des ans, en fait, la Silicon Valley a connu une croissance exponentielle, mais elle l’a fait sans changer notre dépendance vis-à-vis des banques. En d’autres termes, jusqu’à présent la technologie d’une part, la dépendance aux banques d’autre part, ont été deux domaines qui ont su rester suffisamment éloignés. Cependant, les choses peuvent maintenant changer.

Exemple WeChat Pay

Peut-être, avec de nombreuses mises en garde, l’exemple le plus proche de la Balance que nous pouvons faire est celui de WeChat
Payer, qui est devenue si répandue et utilisée en Chine qu’elle a largement contribué à remplacer l’utilisation de l’argent liquide. Réussira le Crypto-monnaie Facebook le faire avec le reste du monde?

A lire aussi :   Yearn.finance (YFI), une forte vente la ramène en dessous de 18000 $

Peut-être oui, même compte tenu du fait que la Balance apporte un pas en avant important par rapport à WeChat, en émettant son propre token, un token numérique qui délierait donc largement Facebook du monde des grandes banques centrales, faisant du géant des réseaux sociaux un quasi-banquier .

Trop de données sur Facebook

La principale plate-forme de médias sociaux, qui obtient déjà aujourd’hui les données personnelles de milliards d’utilisateurs, finirait par être en mesure d’incorporer non seulement nos pensées, nos goûts, notre perception de la réalité, mais aussi les nôtres. portefeuilles.

Un élément qui inquiète pas peu les analystes et les législateurs, qui craignent que trop de pouvoirs vont se concentrer sur une entreprise qui même dans un passé récent a montré qu’elle n’excelle pas dans une gestion adéquate de la vie privée et des données personnelles de ses utilisateurs.

C’est peut-être aussi pour pouvoir se mettre à l’abri de ces critiques faciles que la société a préféré ouvrir une division qui pourrait faciliter les transactions, avec une organisation indépendante en Suisse neutre qui la contrôlera à terme. Alors, un Crypto-monnaie Facebook, mais peut-être un peu plus indépendant qu’on aurait pu l’imaginer.

Il est également vrai que cette organisation comprend une série d’opérateurs plutôt hétérogènes, tels que des entreprises qui opèrent déjà dans le secteur des crypto-monnaies, ou des entités à but non lucratif, ou encore des entreprises qui gèrent des réseaux de cartes de crédit comme Visa est MasterCard, des outils transactionnels électroniques tels que Pay Pal, et plus loin eBay est Uber.
Bref, des opérateurs assez importants, à peine “dépendants” de Facebook mais… dans quelle mesure seront-ils réellement indépendants au sein de ce nouveau corps? Tout cela reste à voir.

A lire aussi :   Bitcoin est piégé ! C'est pourquoi le BTC ne monte pas...

Les entreprises dépasseront-elles les gouvernements?

De ces réflexions découle alors une réflexion alarmante, lancée de manière provocante – mais qui sait combien – par le journal: les entreprises deviendront-elles plus importantes que les gouvernements? Nous approchons du début d’un nouvelle corporatocratie? Les intérêts des très grandes entreprises pourraient-ils l’emporter sur l’importance des gouvernements?

Difficile à prévoir, mais il est clair que, même aujourd’hui, les plus grands géants industriels évoluent de manière relativement incontrôlable. Il suffit de rappeler ce qui est arrivé à Facebook, avec le grave scandale Cambridge Analytica (et ce n’est pas le dernier) qui n’a pas affecté la direction de Mark Zuckerberg, incapable d’être destitué même par ses propres actionnaires les plus critiques, et presque capable de snober la convocation parlementaire, ainsi qu’à peine affectée par les amendes, dont il peut facilement faire face à ses grandes forces.

En fin de compte, à mesure que les entreprises technologiques deviennent plus grandes et plus audacieuses, tout scandale potentiel pourrait être amplifié, avec des conséquences difficiles à prévoir.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.