Connect with us

News

[DIRETTA] FTX CRASH | audition minute par minute de l’UE

Published

on

Aujourd’hui, la Commission chargée des affaires économiques et monétaires au sein des institutions européennes se réunira également pour discuter de l’affaire. FTX et ce qui pourrait être le effets pour les pays et les citoyens de l’Union. Un intérêt à notre avis dû, peut-être tardif, mais qui marquera aussi probablement l’orientation légal de ce qui doit être fait entre Bruxelles e Strasbourg.

Nous suivrons les travaux de la commission en direct, minute par minute, en mettant à jour cette page avec ce qui se dit au sein de la commission. La session peut également être suivie sur notre compte Twitter officiel.

La Commission ECON s’occupe de FTX

L’affaire FTX est également en vigueur en Europe. La commission des affaires économiques et monétaires discutera des implications pour l’Europe et ses citoyens. La session peut être suivie en direct sur le site web dédié et aussi sur notre compte Twitter officiel.

10:07 : On y va. L’Italien dirige la procédure Irene Tinaglide Parti démocrate.

10:09 : Tinagli : il faut analyser la présence de conflits d’intérêts et l’imbrication des services entre la négociation, le courtage, la garde et le prêt.

10:12Stefan Berger, dont beaucoup se souviennent de MiCa, prend la parole. Il ne s’agissait pas d’un échec de la blockchain, dit-il, mais du comportement d’un individu, Sam Bankman-Fried. Et un jeton émis pour son propre compte ($FTT). Selon M. Berger, il devrait y avoir une réglementation appropriée, ce que le Parlement européen est en train de faire. Du point de vue de MiCA, cela n’aurait jamais dû être possible. Berger veut un global MiCAce qui, toutefois, ne sera probablement pas possible.

10:15 : La parole est à A. Jour-Schroeder. Nous avons besoin de plus d’enquêtes. Défaillance de la gouvernance et des contrôles internes. Utilisation des biens des clients et fraude. ‘Je ne suis pas un échec de la blockchain ou des crypto-actifs’. […] “Dans le régime MiCA, aucune société proposant des crypto ne pourra fonctionner dans la désorganisation montrée par FTX.”

10:18 : AJS encore : “L’effondrement de FTX montre la nécessité de MiCA”. Toujours selon AJS, il est nécessaire de prendre une décision globale, car le marché est effectivement global par nature. “L’UE doit être en contact avec les autres pays et les régulateurs internationaux, pour les encourager à avoir un modèle de contrôle du marché. MiCA est un bon modèle”.

A lire aussi :   Binance signs a promise to rachat of FTX

10:20 : La parole est à S. Kern de ESMA. “L’ESMA n’a pas supervisé FTX, nous n’avons pas accès à des informations qui ne sont pas dans le domaine public. “FTX fait partie d’un réseau d’un réseau très complexe”. Selon le responsable de l’ESMA : “Une séparation cruciale entre les actifs des utilisateurs et les actifs de l’entreprise”. Il n’y a pas de risque, selon l’ESMA, de contagion en dehors du monde de la crypto. “FTX démontre que les contrôles de gouvernance d’entreprise des opérateurs de crypto-monnaies sont au mieux très faibles. La mise en œuvre des règles MiCA est urgente”.

10:28 : L’heure des questions commence : M. Ferber, pour l’AEMF : “FTX disposait d’une licence européenne. […] FTX a fait l’objet d’une gestion catastrophique. Quel est le rôle de FTX EU ? Les régulateurs ont-ils les yeux suffisamment ouverts ?” L’ESMA a répondu : “La licence a été obtenue en septembre. Licence en rapport avec la MiFID et non liée aux crypto-actifs. Les autorités chypriotes nous ont informés de cette suspension. La société a également été suspendue le 11 septembre. Nous en saurons plus sur la suite de l’enquête plus tard.” NOTE CRYPTOCURRENCY.CO.UK =&gt ; Nous pensons qu’il y a quelques inexactitudes importantes dans cette réponse.

10:30 : Mot à E. Heinaluomaqui demande si MiCA peut réellement prévenir de tels événements et s’il est déjà nécessaire d’avoir MiCA 2 pour couvrir d’autres trous. Il pose également des questions sur Chypre. MiCA dépendra de l’application de la loi par les Etats membres. Doutes sur les futurs contrôles chypriotes. Répond AJS : “MiCA crée un nouveau système. La nouvelle licence lève l’ambiguïté” ESMA : “Il est important d’évaluer les défaillances de MiCA lorsque nous aurons plus de détails sur l’affaire FTX”.

10:38 : ESMA : “Nous sommes au début du processus de compréhension de la stabilité financière de ces opérateurs. Les interconnexions avec le marché classique sont encore minimes.” E. Heinalouma répond en demandant des éclaircissements sur Binance e Coinbase. S. Kern, de l’ESMA, a répondu : “Ils ne sont pas sous notre surveillance et nous ne disposons d’aucune information privilégiée. Des signes de faiblesse dans la gouvernance d’entreprise et la séparation des fonds des utilisateurs pour l’ensemble du secteur”.

A lire aussi :   ABN AMRO: "A abandonné les projets pour créer un cryptowallet"

10:41 : mot à O. Kovarik, qui pose des questions sur l’application et les préparatifs internes de l’AEMF pour la mise en œuvre des règles lorsqu’elles entreront en vigueur. Il demande également ce qu’elle fait avec les autorités nationales telles que la CySEC. Il demande également quelles seront les prochaines étapes au niveau mondial. L’AEMF répond : “Nous voulons une harmonisation des règles dans toute l’Europe”. La SJA répond également : “Il s’agit d’un problème mondial, les juridictions extérieures de l’UE ayant des approches différentes. La Chine a complètement interdit le secteur, ce qui “arrange les choses” mais n’est pas raisonnable pour un marché mondial.ESMA : “Nous sommes au début du processus de compréhension de la stabilité financière de ces opérateurs. Les interconnexions avec le marché classique sont encore minimes.”

10:51 : mot E. Ertasun, qui demande quels sont les instruments dont dispose l’ESMA à court terme, avant que MiCA ne soit opérationnel. S’il y a des risques, demande-t-il, comment peut-on agir ? Il répond SJA : Avec MiCA et la licence envisagée, la situation sera différente, les règles devront être appliquées avec diligence”. Réponses ESMA : ” Alertes et communications avec les investisseurs, travail préparatoire avec les autorités nationales. C’est ce que nous pouvons faire pendant. Nous sommes déjà intervenus dans le monde des CFD (contracts for difference) et avons mis en place des “règles”. Encore une fois, l’AEMF : ” Des données de marché peu fiables, même lors des transactions. Les affaires se font surtout à l’étranger, ce qui rend notre intervention difficile.”

11:00: Question de G. Beck concernant les liens possibles entre le Président de l’Ukraine, la banque centrale du pays, FTX et le blanchiment d’argent. La SJA et l’AEMF répondent qu’elles ne disposent d’aucune information.

11:05 : Question de M. Hoogeveen : “Le cas FTX est le Lehman Brothers du monde cryptographique. Il ne s’agit pas d’un échec de Bitcoin mais un cas de fraude.” Il demande : “Êtes-vous d’accord pour dire que MiCA va ouvrir une brèche qui permettra aux opérateurs d’offrir des services aux clients européens tant qu’ils ne sont pas des cibles directes ?” Réponses SJA : Nous devrons faire preuve de diligence pour informer les clients, qui pourront ensuite décider pour eux. Réponses ESMA : ‘Problème sur plusieurs marchés, qui affectera également le marché de la crypto, en effet, il pourrait être plus prononcé ici. Les consommateurs sont déjà habitués à traiter avec des opérateurs non européens et ils ne s’en soucient pas forcément. Ce sera un défi, car les utilisateurs y sont déjà habitués et qu’il s’agisse ou non d’une sollicitation. C’est une question que nous allons traiter.

A lire aussi :   Bitcoin s'effondre de 10% - les mouvements pour ceux qui investissent

11:11 : Mot à C. MacManus : “Existe-t-il une possibilité d’accélérer l’entrée en vigueur du MCA ?” SJA : “Pas de renégociation sur les termes du MCA. Cependant, il ne nous est pas interdit de terminer avant le délai que nous nous sommes fixé. Notre responsabilité est de protéger les consommateurs. Il est nécessaire de réglementer une technologie qui présente des aspects positifs mais qui doit être surveillée”.

11:17 : Le mot remonte à I. Tinagliqui demande comment séparer les activités couvertes par MiFID (et donc par licence obtenue par FTX) et le reste. Réponses ESMA : “Une fois que nous avons une licence CIF, elle s’applique à une série de produits financiers traditionnels. La précédente société acquise par FTX [K-DNA] avait déjà une licence pour ce type d’activité. Situation compliquée. Quant à l’application dans toute l’Europe, elle doit être coordonnée”. Il répond également AJS: “En ce qui concerne les retombées sur le secteur bancaire. Selon les informations dont nous disposons aujourd’hui, il ne semble pas y en avoir dans ce cas précis.”

11:21 : A. Lalucq : ” Il y a des problèmes constants dans le monde de la cryptographie. Manipulation du marché, personnes cachant de l’argent. […] Que fait-on pour les consommateurs ? Quel est le fossé entre MiCA et MiCA que nous devons combler ?” Réponse d’AJS : “Un cadre solide, c’est pourquoi les opérateurs vont en dehors de l’UE. Nous devons analyser la situation pour trouver d’éventuelles lacunes. La prohibition ne fonctionne pas.”

La session se termine. L’élément le plus important est peut-être la conclusion. Aucune intention d’interdire les crypto et bitcoins dans l’UE.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.