Connect with us

News

Dior et Vuitton: la blockchain pour vérifier l’originalité des produits

Published

on

LVMH, une multinationale qui contrôle des marques de luxe telles que Louis Vuitton et Christian Dior, a entamé un partenariat avec ConsenSys pour le développement d’une blockchain permettant de contrôler l’originalité des vêtements et accessoires. le communiqué de presse a été libéré hier.

Le système, Aura, serait également prêt à offrir un accompagnement à l’ensemble de l’industrie du luxe avec sa blockchain, permettant une traçabilité absolue et totale des produits, qui bien évidemment pourrait également être utilisée dans le but de vérifier l’originalité des produits des entreprises dont elles disposent. a toujours fait l’objet de contrefaçons.

Un consortium est né: d’autres marques peuvent également participer

Cependant, l’initiative qui a impliqué des marques du calibre de Louis Vuitton et Dior n’est pas privée. En fait, il a été décidé de poursuivre le modèle du consortium, permettant à d’autres marques – même contrôlées par d’autres holdings, de participer à la recherche, au développement et à la mise en œuvre de ce système.

Au cœur de la technologie Ethereum Quorum

La plate-forme, il est indiqué dans le communiqué de presse, fonctionne sur Ethereum Quorum, utilisant ainsi l’une des principales normes ouvertes de l’industrie, ainsi que l’une des plus avancées.
Compte tenu du modèle appliqué, ou de celui du consortium, c’est peut-être un choix quasi obligatoire, qui sera pourtant certainement accueilli par les experts du secteur avec un enthousiasme extrême.

La fin du problème de la contrefaçon?

Certainement pas, même si les consommateurs disposeront certainement d’un outil définitif pour vérifier l’originalité de ce qu’ils achètent.

A lire aussi :   Le XRP tombe dans une zone de support, mais la volatilité va-t-elle gâcher les gains des traders ?

Cependant, cela restera différent pour ceux qui achètent consciemment du matériel contrefait: ce type d’industrie continuera à prospérer, sans que la blockchain ne puisse le rayer du tout.

Cependant, ce n’est pas l’objectif que s’est fixé LHVM: protéger les clients qui souhaitent acheter un produit original est déjà un énorme pas en avant par rapport aux standards actuels. L’utilisation d’hologrammes et de séries numérotées n’a pas empêché le vendeur marchandises contrefaites protégées par le droit d’auteur pour pouvoir vendre des produits qui ne sont pas originaux au prix magasin.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.