Cours légal du Bitcoin aux Tonga

Bitcoin à cours légal dans un autre pays que Le Salvador? Cela pourrait devenir une réalité en quelques semaines. Lord Fusitu, membre du Parlement de Tonga et déjà bien connue dans le milieu qui gravite autour $ BTC il préparerait en fait une loi qui sera payante $ BTC monnaie ayant cours légal dans le petit pays du Pacifique.

Si la loi était adoptée, ce serait la deuxième pays au monde à adopter Bitcoin comme, comment cours légal – un signe que le grand succès de l’initiative salvadorienne elle crée des émules, même si pour l’instant seulement parmi les pays émergents.

Si la chose devait réellement entrer Port, ce serait une excellente nouvelle pour Bitcoin. Nous pouvons investir avec le Plateforme FP Markets (allez ici pour une démo gratuite et riche en fonctionnalités) – un intermédiaire très apprécié des professionnels et qui propose la suite MetaTrader investir dans les principales crypto-monnaies, complètement automatique.

Nous avons également la possibilité d’opérer en suivant les meilleurs : avec le Commerce social nous pouvons copier – et même définir les règles de copie – en un seul clic. Pour partir, ils suffisent 100 $ d’investissement, avec accès à toutes les fonctionnalités du courtier.

Que pourrait-il se passer aux Tonga ?

Le même qui est arrivé à Le Salvador. Bitcoin il pourrait devenir une monnaie efficace cours légal, à mettre à côté de ce qui est aujourd’hui la monnaie officielle du pays, à savoir le Pa’anga. Ce serait un double circulation, sans toutefois préciser les systèmes qui permettront l’échange. Selon toute vraisemblance, vous pourriez reproduire le formule déjà vu un Le Salvador, avec une application gouvernementale flanquée de AU M répartis dans tout le pays.

La proposition est préparée par Lord Fusitu’a, propriétaire terrien et parlementaire de la micro-état du Pacifique, qui est déjà bien connu parmi les Les maximalistes du Bitcoin et cela est dépensé depuis un certain temps maintenant pour la cause des crypto-monnaies, ou plutôt, pour la cause de Bitcoin.

Quelle est la probabilité que la norme soit approuvée?

Nous sommes encore, en empruntant la terminologie qui vient du développement logiciel, en phase pré-alpha, c’est-à-dire dans un état embryonnaire. On ne sait pas quel soutien Fusitu’a trouvera dans cet effort.

Pour le moment, le plus gros obstacle serait celui de Banque centrale, qui perdrait une partie de son pouvoir de la gestion de l’économie nationale et qui opposera naturellement toutes ses résistances. Ce qui est sûr, c’est que le Succès obtenu par Le Salvador ce sera un sujet important à amener à la table de discussion, en particulier dans un pays où envois de fonds des émigrants ils représentent une grande partie de l’économie.

On créerait donc un avantage important, parce qu’ils allaient couper le hautes commissions des principaux bureaux de change, ce qui s’est déjà produit au Salvador. Une économie qui se traduit par de l’argent qui reste dans les poches, en premier lieu, des couches les plus nécessiteuses de la population.

Un micro-État, qui enverrait pourtant un message très important

Nous n’avons pas à en faire le tour : les Tonga ne font pas partie des économies les plus pertinentes au monde et l’adoption ou non du Bitcoin n’aura quasiment aucun impact sur le volume d’utilisation du Bitcoin. Nous parlons d’une île du Pacifique d’un peu plus de 700 kilomètres carrés et d’environ 100 000 habitants. Une petite ville italienne, en couple.

L’adoption de Bitcoin cependant, ce serait un symbole important pour la communauté internationale : ce ne serait plus une folie impromptue de Nayib Bukele, président du Salvador, de faire du BTC monnaie légale dans un pays. Mais une voie que de nombreux États pourraient commencer à adopter, en particulier s’ils sont couronnés de succès comme on l’a déjà vu au Salvador.

Quelque chose qui pourrait changer pour toujours sentiment environ Bitcoin, lui donnant cette légitimité également pour les soi-disant homme dans la rue, qui devrait commencer à l’envisager dans la même perspective que les devises étrangères.

A lire également