Celsius n’aura pas de nouveau capital | Les investisseurs reculent [RUMORS]

Mauvaise nouvelle pour Celsiusdu moins d’après ce que rapporte le le journal Wall Streetquelque chose que beaucoup soupçonnaient et qui prend maintenant toutes les allures d’un cauchemar.

Parce qu’au moins deux investisseurs ne semblent pas avoir l’intention d’injecter des liquidités pour sauver le système, condamnant ainsi Celsius à un départ triste, ou en tout cas à de nouvelles périodes de difficultés.

Un fonds de pension canadien a dit non Caisse de dépôt et placement du Québecaussi bien que Groupe WestCap. Tout cela, apparemment et comme le rapporte WSJavec un mécontentement généralisé également parmi d’autres investisseurs qui ont participé à divers cycles de financement dans le passé.

Maretta parmi les investisseurs: l’argent ne semble pas être là

Selon des rumeurs publiées par l’un des journaux les plus fiables Etats-Unisil y aurait des problèmes dans le refinancement de Celsius. Comme dans la meilleure des tragédies, PDG du groupe, que vous êtes faire accompagné de groupes très importants pour tenter de se redresser, elle fait le tour des investisseurs qui ont déjà mis de l’argent dans l’entreprise, à la recherche de capitaux pour repartir à zéro.

Qu’ils auraient déjà répondu là-bas Caisse de dépôt et placement du Québecqui a participé à un important tour d’investissement, ainsi que WestPacdirigée par l’ancien directeur financier d’Airbnb, Laurence Tosi. Les deux sociétés n’auraient pas l’intention d’injecter des capitaux dans Celsius pour le protéger de la liquidation.

Peu se sentent bien. Il y avait apparemment plus de risques qu’on ne le pensait.

C’est le commentaire d’une source de le journal Wall Street qui assisterait aux réunions. Sentiment qui serait partagé non seulement par les deux sociétés/fonds cités plus haut, mais aussi par d’autres. Une position donc lourde pour Celsiusqui à ce stade (et en supposant qu’il soit toujours valide) n’aurait à accepter que l’éventuelle offre de Nexotandis que d’autres entreprises du secteur commencent à craquer.

Le niveau de prix de Bitcoin qui impliquerait la liquidation des postes de Celsius plus important et marquerait la fin totale du projet sont encore loin, mais il faut aussi ajouter que l’on ne connaît pas l’origine du capital proposé à couvrir et que surtout plusieurs utilisateurs tentent de s’organiser recours collectifdes poursuites collectives qui pourraient avoir des impacts majeurs sur l’équilibre précaire des Celsius.

Finblox en difficulté aussi

En raison de son exposition à Capitale des Trois Flèchesle groupe aurait en effet limité les possibilités de retrait.

À nos chers utilisateurs, Nous avons suivi de près les conditions du marché et de nombreux reportages médiatiques impliquant un emprunteur institutionnel majeur, Three Arrows Capital – qui est un investisseur dans Finblox. Nous avons coopéré avec 8 partenaires et protocoles, dont 3AC, pour offrir des rendements et répartir les risques. Sur la base des informations en notre possession jusqu’à présent et de notre volonté de préserver l’intégrité de la plate-forme – nous avons pris les décisions suivantes alors que nous évaluons les options dont nous disposons pour évaluer les effets de 3AC sur notre liquidité et assurer un traitement équitable des actifs d’utilisateurs dans le système. Pause pour les récompenses pour tous les utilisateurs. Modification des limites de retrait (500 USD ou équivalent par jour, jusqu’à un maximum de 1500 USD par mois) pour tous les niveaux d’utilisateurs. Retards pour le programme de parrainage et les récompenses sur les dépôts. Désactivation de la création de nouvelles adresses cryptographiques pour les utilisateurs nouvellement enregistrés.

Toujours selon le long communiqué de presse de Finblox, ce seraient des choix nécessaires pour préserver l’étanchéité du système. Une bonne nouvelle ? Absolument pas, étant donné que les effets en cascade éventuellement déclenchés par la fissure de Terre Lune et de l’effondrement conséquent des marchés, ils continuent à produire leurs effets.

A lire également