Connect with us

News

Bitcoin : Poutine est-il favorable aux crypto et blockchain ?

Published

on

La blockchain et les crypto-monnaies peuvent parfois avoir des compagnons attendus, même si lorsque la politique – notamment internationale – est en jeu, il est bon de ne pas s’emballer pour tel ou tel intérêt. On parle à nouveau de Vladimir Poutine et nous sommes de nouveau en train de parler de la blockchain, même si un discours beaucoup plus large devrait être tenu.

En effet, le dirigeant russe a clairement fait savoir qu’il espérait un monde basé sur la blockchain et les monnaies numériques comme… système de paiement internationalqui aiderait le monde lui-même à se libérer du joug du monopoliste, qui dans ce cas est le système SWIFT. Beau, bon, notre ami ? Un instant, parce que la question est, comme malheureusement souvent complexe que ce qu’il pourrait sembler à un lecture superficielle de ce qui a été dit par Poutine.

Un train dans lequel, du moins lorsqu’il y a quelque chose à gagner, tout le monde semble vouloir monter. Nous pouvons toutefois continuer à décider en autonomie absolue: nous pouvons trouver crypto e Bitcoin sur eTorocliquez ici pour obtenir un compte virtuel gratuit avec FINTECH et AUTOMATIC TRADING – un intermédiaire qui nous permet de investir dans plus de 78 crypto-actifs choisir indépendamment lesquels.

Il comprend également des outils très évolués pour le trading automatique. Avec le CopyTrader nous pouvons en effet investir en copiant les meilleurs ou en espionnant leurs mouvements. Et alternativement, nous pouvons utiliser le WebTrader qui est prêt avec l’analyse et les srtuments opérationnels. Juste 50$ pour passer à un compte réel.

Vladimir Points pro blockchain, crypto et bitcoin ?

Il semblerait que ce soit le cas. Le président russe, lors de la Conférence sur l’intelligence artificielle par Moscou il y a quelques jours, il aurait été très conciliant et ouvert aux technologies en blockchain et le crypto-monnaies en général.

La technologie des monnaies numériques et de la blockchain peut être utilisée pour créer un nouveau système de paiements internationaux, qui sera beaucoup plus pratique, absolument sûr pour ses utilisateurs et, surtout, qui ne dépendra pas des banques ou de l’ingérence de pays tiers. Je pense que quelque chose comme ça va certainement être créé et se développer parce que personne n’aime les diktats monopolistes, qui nuisent à tout le monde, monopolistes compris.

Pour comprendre ce qu’il a réellement dit Vladimir Poutine il est bon de viviser le petit discours et d’essayer de comprendre non seulement qui est le destinataire de ses compliments, mais aussi qui est le destinataire de ses tirades.

A lire aussi :   Coinbase arrive au NASDAQ! - Cryptocurrency.it

La RussieL’Union européenne, comme d’ailleurs un bon nombre de pays dans le monde, s’est toujours plainte de la centralité de l’UE. SWIFT et d’autres systèmes pour le accord international même entre les banques, dont la totalité ou la plupart sont strictement entre les mains du États-Unis ou autre de la bloc occidental. Grâce à l’utilisation de SWIFT comme des représailles politiques par le USAking stripped et a déclenché toute une série de discussions, notamment dans le bloc des pays non alignés sur l’UE. États-Unissur les possibilités de remplacement de ce système.

Un remplacement qui, quoi qu’en disent les partisans de l’une ou l’autre faction, s’est avéré plutôt difficile, la Russie ayant conclu quelques accords… 1 a 1 avec certains pays, mais qui continuera certainement à avoir d’énormes difficultés en ce qui concerne la possibilité de payer librement à l’étranger.

Deuxième point : le banquesPoutine semble s’être exprimé, juste au-dessus, sur des tons qui ne sont pas exactement conciliants à leur égard. Cependant, la vérité est aussi ici liée à ce que le pays a subi ces derniers mois en représailles à l’invasion de l’Ukraine. La plupart des banques russes ont été exclues du circuit SWIFT et les banques étrangères détenant des actifs russes les ont gelés.

En d’autres termes Vladimir Poutine s’est rendu compte, à ses dépens, que pas vos clés, pas vos pièces. Et maintenant, du moins d’après ce discours, il semble vouloir se mettre à l’abri. Toutefois, nous ne sommes pas sûrs d’être d’accord sur la viabilité de la voie qu’il a indiquée.

A lire aussi :   Ethereum dépasse les 4 000 $ | Cela ne s'arrêtera pas avant...

La technologie est là, il manque les grandes lignes

En fait, il y a d’autres aspects du court discours de Vladimir Poutine qui ne semblent pas être une bonne photographie du présent. De réseaux qui permettent le déplacement non médiatisé de grandes valeurs, il y en a déjà plusieurs. Si l’on peut craindre quelque chose en termes de l’utilisation de technologies centralisées comme Attacheil existe de nombreux actifs cryptographiques qui peuvent être déplacés sans que personne ne puisse les geler.

Il n’y a donc pas, comme il semblerait Poutinele besoin d’inventer de l’eau chaude à nouveau. Ce qui manque, ce sont des banques qui sont prêtes à offrir certains services et qui font ensuite règlement sur la chaîne. Des lettres de crédit aux services de garde et de séquestre. Pour l’instant, il n’y en a pas, notamment en raison de lois schizophrènes et de comportements qui changent rapidement, même dans des pays comme la Russie.

Et c’est sur ce point que la Russie elle-même devrait travailler si elle veut être la pionnière d’un système parallèle à SWIFT. Un système qui aura toujours ses points faibles dans les nœuds de sortie, si l’on veut les appeler ainsi, cependant. Les règles de l’OFAC s’appliquent également aux personnes et aux réseaux. Et penser que la Russie peut facilement surmonter les sanctions en se tournant vers la blockchain est pour l’instant un fantasme de bout en bout.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.