Connect with us

News

Bitcoin : l’interdiction en Europe toujours sur la table

Published

on

Passez le jeu de mots, mais MiCA n’est pas fini. Comme il le souligne Stéphane Bergerl’homme politique européen qui dirige le projet cadre pour les crypto-monnaies et Bitcoin, il y aura une autre étape importante pour éviter l’interdiction de PoW sur tout le territoire européen.

Quelque chose que nous avions déjà anticipé et que, même s’il ne s’agit pas d’une source de grande préoccupation, il devra tout de même être soigneusement évalué. Les jours décisifs sont demain et après-demain, pour un processus qui pourrait s’allonger excessivement et remettre sur la table ce qui avait été demandé, avec des réactions assez vives, pour parer.

socialistes Et légumes verts ils peuvent avoir les chiffres pour ramener la question sur la table. Ce qui ne veut pas dire que ça passera, mais qui nous rappelle quand même comment la bataille pour protéger Bitcoin et son système de validation est encore plus qu’ouvert, dans un continent dans lequel je Les politiciens ils n’auraient pas l’air d’avoir compris quelle révolution nous avons devant nous.

Voyons ensemble de haut-parleur De Berger quels sont les risques que nous prenons réellement en termes de interdire pour le PoW et donc de Bitcoin également pour les opérations d’investissement.

Les socialistes et verts européens pourraient reprendre leurs fonctions

Le match essentiel pour Bitcoin se jouera dans les deux prochains jours, ou entre les prochains 23 mars Et 24 mars. Le texte de la Pas il a été adopté sans les terribles amendements qu’ils visaient à retirer Bitcoin et toutes les crypto-monnaies qui utilisent un système de validation basé sur des calculs et donc sur la consommation d’énergie et qui peuvent entraîner émissions importantes.

A lire aussi :   Goldman Sachs : "Ethereum battra Bitcoin !"

Un geste fou, qui serait encore plus absurde si on le transposait idéalement à d’autres types de produits et services. Imaginez l’interdiction de Tee-shirts tu détestes jeans faites en dehors de l’Europe si quiconque a participé à sa réalisation ne devait pas être en mesure de démontrer l’utilisation d’énergie propre ou un plan pour commencer à l’utiliser complètement. Impossible de postuler, non ? Imaginez maintenant que le commerce De Actions des entreprises qui ne sont pas en mesure de proposer un plan pour les établissements hors UE durabilité selon les frais imposés par UE. Une double folie, dont personne ne songerait à lâcher prise.

Bitcoin cependant, et à notre avis pour d’autres raisons, il s’agit d’un cible relativement facile, parce que quelqu’un est particulièrement désagréable pour des raisons qui ignorent sa consommation supposée et sa responsabilité supposée en termes d’émissions. Ce n’en sera certainement pas un crypto-monnaie vertemais ce problème est énormément amplifié, comme nous l’avons démontré avec Federico Rivi dans le nôtre interview.

Une interview que nous relançons ici, étant donné qu’elle est plus que jamais en phase avec le sujet auquel nous sommes confrontés et avec le nouvel assaut, soi-disant, de plusieurs parlements européens sur la solidité du Bitcoin et aussi sur son existence même.

Ce qui est en jeu? Berger l’explique

La peur a commencé à se répandre parmi les fans au cours de la soirée d’hier lorsque Berger a publié une série de Tweeter expliquer quel sera le processus et quelles seront les difficultés éventuelles. Il est en allemand, mais nous vous fournirons un résumé sous peu.

A lire aussi :   Baleines affamées de Bitcoin | Le troisième portefeuille dépasse 120 000 $ BTC

La première commission a suivi ma suggestion et a accepté notre rapport MiCA sans l’interdiction du PoW. J’aurai un mandat pour des discussions tripartites avec la Commission et le Conseil. Toutefois, le mandat reste susceptible d’appel, si au moins 1/10 des parlementaires sont réunis. Au cas où un tel recours aurait lieu, en avril le mandat devra être voté en session plénière du Parlement européen. Si la majorité de la plénière devait être contre le mandat, le MiCA serait revoté de zéro. Il est possible que l’interdiction du PoW soit réintroduite lors du vote avec l’introduction de nouvelles motions. Un appel des socialistes et des verts pourrait être fatal et le MiCA pourrait être retardé de plusieurs mois. Les 23 et 24 mars, ces décisions seront prises et nous verrons si les adversaires de PoW et Bitcoin feront une autre tentative.

Il est donc possible que le PoW Ban et donc le Bitcoin Ban reviennent au vote en plénière, avec quelques réserves cependant. Il n’est pas certain que S&D et Verdi parviendront à rassembler une majorité autour de cette interdiction précise, le seul risque étant de voir MiCA tergiverser.

Quelle est la principale préoccupation, entre les lignes, de Stéphane Berger. Nous, et nous l’écrivons noir sur blanc, pensons qu’il est presque impossible ou presque à ce stade de voir une interdiction du Bitcoin opérationnelle même en cas de vote en plénière. La situation pourrait toutefois, comme toujours, évoluer très rapidement. Et donc nous continuerons à le suivre de près directement sur les pages de Cryptocurrency.it.

A lire aussi :   C'est un nouveau boom pour Monero: nous expliquons pourquoi

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.