Connect with us

News

Bitcoin et Crypto : twist du MiCA ! | Amélioration substantielle

Published

on

La France a obtenu ce qu’elle voulait, c’est-à-dire qu’elle a réussi à faire approuver le paquet Pas sur les crypto-monnaies avant minuit le 30 juin 2022. Un paquet qui est approuvé avec quelques changements substantiels (ce qui fait penser à une intervention de lobbying par les grandes bourses) et qui laisse de nombreuses questions ouvertes.

Des questions qu’il faudra résoudre pour comprendre dans quelle directionL’Europe  et si le Pas ce sera la pierre tombale du secteur ou un point de départ pour la croissance future et le développement organique des économies qui se développeront autour de lui.

Le risque, ajoutons-nous, est toujours le même, à savoir celui d’une réglementation trop stricte par une UE hypertrophiée lorsqu’il s’agit de créer des règles, en particulier sur des secteurs nouveaux et en pleine expansion.

Une bonne nouvelle pour l’industrie ? Globalement oui, et nous pourrons investir avec Capital.comrendez-vous ici pour obtenir un compte virtuel gratuit et illimité même dans la capitale virtuelle – intermédiaire qui nous offre l’accès à tous les meilleurs outils pour faire commerce sur crypto, avec 476+ actifs cryptographiques dans la liste des prix.

Nous avons également des outils de trading avancés tels que Meta Trader 4qui nous offre le top en terme d’analyse technique, ainsi que le Interne WebTrader intégré avec TradingView et aussi avec l’intelligence artificielle pour l’analyse de portefeuille. Avec 20 € nous pouvons passer à un compte réel.

Passer le MiCA : ce qui change par rapport au texte original

Le très bon est déjà intervenu sur le sujet Patrick Hansenqui suit la l’un l’autre depuis un certain temps, proposant des rapports très précis et surtout faciles à comprendre même pour ceux qui ne sont pas experts en lois et règlements. Pour comprendre de quel point nous partions, nous invitons chacun à regarder ce que nous avions déjà écrit il y a longtemps sur ces pagessoulignant également les points les plus critiques de la législation, dont nous avions également eu l’occasion de discuter avec deux parlementaires de la République.

A lire aussi :   El Salvador reporte à nouveau les obligations Bitcoin!

Allons dans l’ordre, en analysant point par point quels sont les points les plus critiques sur lesquels nous avons discuté et la solution qui a été proposée par Paspuis en terminant sur quelques propos politiques que nous trouvons, sans demi-mesure, absolument dégoûtants.

  • Pas de seuil d’exonération

Et c’est l’un des aspects les plus problématiques, pas seulement au niveau en fonctionnementmais aussi parce qu’il signale une différence d’approche en faveur de la soi-disant finance traditionnellepour lequel seuls les transferts vers 1 000 $ ils sont soumis aux règles les plus strictes contre le blanchiment d’argent.

Un signal politique fort, qui repose sur un mensonge technique, à savoir que la nature même des transactions cryptographiques permet de briser sans limites une transition de toute proportion. S’il est vrai que le transfert de sommes peut être décidément peu coûteux, il est également vrai que le transfert d’argent hors du même échange dans plusieurs transactions déclencherait les sonnettes d’alarme habituelles. Nous en trouvons un règle injustement oppressive et une de celles sur lesquelles les barricades auraient dû être bâties.

  • Pas d’AML pour les transferts P2P

Et cela peut sembler un exploit, mais c’est en réalité une acceptation des limites techniques de l’intervention. Comme UE prétendait mettre en œuvre les règles AML et KYC entre les personnes opérant à l’aide de réseaux P2P tels que Bitcoin?

Cependant, étant donné la folie qui semble parfois s’emparer de la noble assemblée bruxelloise, notamment en matière de crypto, peut-être ferions-nous bien de la considérer comme une réalisation importante.

  • Seuil de 1 000 $ pour les transferts vers des portefeuilles privés
A lire aussi :   Boom des jetons de portefeuille de confiance

Même si on part du soi-disant CASP. Et c’est un véritable exploit. Pour les transferts ci-dessus i 1 000 $ le complexe déjà prévu d’analyses et de réglementations AML commencera, c’est-à-dire contre le blanchiment d’argent.

La vérification ne sera donc opérationnelle que pour les transferts relativement importants. Sur celui-ci on peut pousser un soupir de soulagement. Cependant, nous n’y parvenons pas en ce qui concerne les méthodes de vérification : tout comme les clients de la échanger pour prouver qu’ils sont les propriétaires du portefeuille cible ?

Seuil de 18 mois pour la mise en œuvre

Il y aura une période de grâce de 18 moisau terme de laquelle tous seront tenus de se conformer à ces règles, au moins en tant qu’entités enregistrées dans L’Europe . De là, il y aura deux routes :

Et ce sera ce que le échanger qui ont décidé de se réglementer en Italie, aussi pour éviter de voir les sites occultés à l’avenir.

  • Offrir aux clients des alternatives plus libres

Et ce sera le jeu facile des opérateurs non européens qui devront obéir à des règles nettement moins contraignantes. Une réglementation qui, selon nous, risque en Europe de concevoir une clôture trop étroite, ce qui aura l’effet inverse de ce qui était peut-être attendu à Bruxelles, c’est-à-dire pousser les gens hors du périmètre réglementaire.

Assita Kanko est la marraine de ce système législatif et s’exprime une fois de plus avec des tons particulièrement durs envers le secteur de la cryptographie, entre autres avec des accusations sans fondement, pas même les plus faibles, ancrées dans la réalité.

Pendant trop longtemps, les actifs cryptographiques ont été sous le radar des forces de l’ordre et des forces de l’ordre. Les terroristes ont utilisé la cryptographie pour collecter des fonds pour accéder à la pornographie juvénile et les criminels pour blanchir leurs profits. Aujourd’hui, nous avons fait un grand pas vers la maîtrise de ces problèmes.

Sans qu’il y ait la moindre preuve que les criminels utilisent des circuits cryptographiques à cette fin et que ce type d’utilisation est en quelque sorte pertinent pour l’énorme quantité de valeur qui est déplacée avec ces systèmes.

A lire aussi :   Le Bitcoin dépasse les 6000 euros: c'est pourquoi, selon certains experts, il ne tiendra pas le coup!

Un croisement entre “qui pense aux enfants?” et la bête noire de choses qui sont, disons-le, beaucoup plus graves que ce qui a été discuté au niveau de l’Union européenne. Désolé de voir une classe politique qui évite une discussion franche sur les problèmes possibles et qui préfère attiser l’épouvantail de choses si terribles, mais avec le monde de Bitcoin et de crypto-monnaies heureusement ils n’y sont pour rien.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.