En France, ils vont aux enchères 611 Bitcoins, organisée par une maison de ventes privée sur mandat, et c’est la vraie nouvelle, de la République française. Ce n’est pas la première fois qu’un État met aux enchères de Bitcoins et – comme quelqu’un l’a peut-être deviné – ce sont les BTC qui ont été récupérés comme objets volés dans plusieurs enquêtes. Cependant, c’est une nouvelle intéressante, car elle signale le fait que pour les États – même pour ceux historiquement plus centralisateurs – Bitcoin est désormais un atout à tous égards, qui doit être traité comme tel.

Manie de Bitcoin il passe aussi et surtout par le sien normalisation et ce sont les petits faits qui nous aident à aller dans cette direction, qui sera bien plus pertinente que les investissements de fonds et d’investisseurs institutionnels. Et nous devons nous concentrer sur la normalisation, qui semble désormais inévitable. Ce qu’ils font, c’est l’autre nouvelle qui vient des marchés, de plus en plus de gens, d’individus indépendants qui comptent sur des courtiers pour surfer sur l’incroyable vague qui a amené BTC à son maximum hier encore. Quiconque veut entrer sur le marché n’est pas encore trop tard et peut le faire avec eToro (vous pouvez ouvrir un compte d’essai gratuit ici), avec quelques dizaines d’euros d’investissement minimum et tous les outils adaptés pour investir même si vous n’êtes pas très expérimenté.

Plus de 30 millions aux enchères en Bitcoin

Au total, le gouvernement français mettra aux enchères environ 30 millions d’euros en valeur équivalente, répartis en centaines de lots de Bitcoin pour faciliter les opérations et essayer de maximiser les profits. La vente aux enchères aura lieu demain à 09h00, pour un total de 437 lots allant de 0,11 BTC à 2 BTC. Pour ceux qui souhaitent participer à la vente aux enchères, nous vous rappelons que malheureusement c’est trop tard pour s’inscrire.

L’origine des Bitcoins qui seront mis aux enchères est de nature judiciaire. Ce sont en grande partie des jetons qui ont été récupérés à la suite de confiscations liées à l’affaire GateHub, qui a fait voler plusieurs milliers de XRP Ondulation, qui ont ensuite été rapidement convertis en Bitcoin par des pirates. Les jetons sont vendus aux enchères par AGRASC, qui est l’agence gouvernementale qui s’occupe de récupérer les biens volés et de gérer les actifs confisqués.

Alors, les Bitcoins sont-ils saisissables?

Absolument oui, peu importe ce que disent les cryptomans, qui voient cette technologie comme quelque chose en dehors des griffes potentielles de l’État. Celui de la République française n’est pas le premier cas de saisie par les autorités et ce n’est même pas le premier cas de mise aux enchères de Bitcoin, pratique devenue très courante aux États-Unis, lorsqu’une sorte de Bitcoin est connectée. crime devenu chose jugée.

De toute évidence, la collaboration du défendeur est nécessaire pour déverrouiller les portefeuilles – ou la récupération des phrases de passe, même avec des méthodes peu orthodoxes. Mais rien de trop difficile pour les services informatiques des états les plus avancés. En Italie également, il y a eu, dans le passé, une maxi-saisie, dans l’affaire BitGrail, ordonnée par le tribunal de Florence, pour une valeur à l’époque de 15 millions d’euros.

Il reste très peu de doutes sur la configurabilité du Bitcoin en tant qu’actif ou monnaie que les autorités peuvent saisir pour exercer des représailles contre le contrevenant et pour tenter de récupérer les biens volés et / ou d’indemniser les victimes. Là cryptomanie c’est maintenant un fait pour les tribunaux – et devient lentement un fait pour le grand public également. Et le Prévisions Bitcoin à moyen et long terme ne peut être que haussier.