Connect with us

News

BEAC contre Bitcoin et la République centrafricaine

Published

on

Quelqu’un comme nous avions largement prédit sur Criptovaluta.it, il ne le prendrait pas bien. L’emprise du Franc centrafricain c’est trop important pour certains soldes, des soldes qui Bitcoin pourrait enfin en faire une chose du passé.

Et pour le République centrafricainequ’il a adopté il y a un peu plus de 2 semaines $ BTC comme monnaie ayant cours légal, viennent les lettres de menaces, pas trop voilées, de l’autorité BEACou la banque centrale partagée de différents pays deAfrique centrale et qui est responsable de la Franco FCA.

Nouvelles qui ont des implications positives importantes pour Bitcoinqui continue d’être le ennemi numéro 1 des anciennes factions. Les fondamentaux qui aident à créer une fondation pour l’inversion, sur laquelle vous pouvez investir avec eTororendez-vous ici pour obtenir un compte virtuel gratuit avec le meilleur des FINTECH TOOLS – intermédiaire qui offre des possibilités avancées et qu’aucun autre des intermédiaires du monde de la cryptographie est en mesure d’offrir.

En fait, nous pouvons nous concentrer sur copie du meilleurs investisseurs ou alors espionner comment ils se déplacent grâce à CopieTrader. Et si nous devions préférer plus d’investissements diversifiénous pouvons le faire avec Portefeuilles intelligentsqui nous donnent accès au monde des paniers de style crypto FNB mais sans commissions supplémentaires. Avec 50 $ nous pouvons passer à un compte réel quand nous le voulons.

L’étrange lettre de la BEAC contre la Centrafrique

D’abord vint le Fonds monétaire international avec une missive plein de soucis, puis il a été ajouté, il ne pouvait en être autrement, le BEACacronyme derrière lequel on retrouve le Banque des États de l’Afrique centraleavant-poste français dans les anciennes colonies et responsable de la Franc CFAla monnaie rattachée auEUR que des pays comme le République centrafricaine utiliser aujourd’hui comme ayant cours légal.

A lire aussi :   Bitcoin pour payer les taxes locales

Une lettre invitant un réunion extraordinaire à l’occasion de ce qui, selon BEAC, ce serait une violation de l’art. 6 du statut auquel ont adhéré les pays qui utilisent le franc CFA, qui stipule :

L’unité monétaire légale des États membres de l’Union est le franc CFA.

Violation à laquelle s’ajouterait celle de l’article 3 :

L’union monétaire se caractérise par l’adoption d’une même monnaie dont l’émission est confiée à une institution commune, la Banque des États africains Centarle […]

Auquel s’ajoute également l’article 21, également cette deuxième BEAC violée par la récente démarche du République centrafricaine

Le privilège exclusif d’émission monétaire pour les territoires des États membres de l’Union monétaire est conféré à la BEAC.

Des violations qui, selon la lettre de la loi, pourraient exister, n’eût été la République centrafricaine il n’émet en fait rien, puisque Bitcoin c’est une expérience monétaire décentralisée sur laquelle la République n’a aucun pouvoir.

Des menaces? Nous verrons comment ça se passe

Dans le même document on finit par parler de situation délicate sur laquelle il faudrait sensibiliser, compte tenu de la gravité des conséquences, le gouvernement de République centrafricaine.

Gouvernement qui, cependant, comme nous l’avions déjà vu dans Cryptocurrency.itavait souligné comme un avantage de Bitcoin pour sa propre politique monétaire, c’est précisément la possibilité de s’affranchir, au moins partiellement, de BEAC.

Une situation où l’économie, la politique, Françafrique est présent néocolonial. Une situation qui BEAC a intérêt à revenir le plus tôt possible. Réussira-t-il ? À notre avis, ce serait comme lutter contre une inondation avec quelques seaux – et une fois que vous avez expérimenté les avantages de Bitcoin il est difficile de dire à ces pays de revenir en arrière. Même le Menaces du Fonds monétaire contre le Salvador n’ont eu aucune conséquence pour le moment.

A lire aussi :   Ripple pourrait battre la SEC | Hypothèse de retrait du processus ?

Tout cela, cette fois, avec une institution monétaire au centre déjà submergée par d’énormes scandales par le passé, et sur la fiabilité de laquelle il semblerait plus que légitime d’avoir des doutes.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.